Janvier 2020 Sheldon Duplaix

 "Des « objets volants non identifiés » aux « véhicules aérospatiaux anormaux »"

 Discours officiel et reconnaissance progressive de l’existence d’engins volants et/ou sous-marins d’une origine exogène à l’humanité.

Par Sheldon Duplaix  historien travaillant pour la défense nationale mais s'exprimant à titre personnel 

Sheldon duplaix 1

En 2017, le département de la défense des Etats-Unis a autorisé des pilotes de l’aéronautique navale en retraite et en activité à s’exprimer sur deux interceptions effectuées par des chasseurs F-18 en 2004 et 2015, publiant des vidéos d’objets volants, dont l’un semblait avoir émergé de l’océan. Parallèlement, le responsable de la section anomalie de l’académie des sciences russes, capitaine de vaisseau à la retraite, publiait un ouvrage sur les objets sous-marins non identifiés. Parallèlement, les Etats-Unis ont admis l’existence d’un « programme d’identification des menaces aérospatiales avancées » au sein du département de la défense, contredisant un précédent discours selon lequel le gouvernement des Etats-Unis n’étudiait plus le phénomène des « objets volants non identifiés » depuis la fermeture du projet « Blue Book » en 1969. Cette autorisation inhabituelle pour des pilotes de s’exprimer dans les media et la dé-classification de l’appellation «véhicules aérospatiaux anormaux» reconnait l’existence d’engins aérospatiaux dont les performances sont présentées comme supérieures à celles des technologies aéronautiques maitrisées par l’homme. De fait, elle équivaut à la reconnaissance de la présence d’une intelligence exogène dans l’espace aéromaritime.


 

Né en 1963 à Boulogne Billancourt, diplômé de l’institut d’études politiques de Paris (service public), de la Sorbonne Paris IV (maitrise d’histoire) et Paris I (DEA en histoire et DEA en sciences politiques), Alexandre Sheldon-Duplaix a travaillé comme analyste au ministère de la défense de 1987 à 1999 avant de rejoindre le service historique de la marine, devenu service historique de la défense en 2005 où il est chargé de recherche et d’enseignement (école de guerre, école navale). Il a écrit ou co-écrit sept livres (dont trois sur les sous-marins, un sur les porte-avions) et coécrit depuis l’édition 2018, l’ouvrage Flottes de Combat.

Il a abordé la question des « phénomènes aérospatiaux non identifiés » dans l’ouvrage Hide and Seek (Wiley, 2009), traduit en français comme Guerre froide et espionnage naval (éditions Nouveau Monde, 2013). Son approche est factuelle, à partir des documents d’archives et d’interviews ; elle est dissociée de ses activités professionnelles et il s’exprime à titre strictement personnel, sans engager son employeur.


 

 

Ovni Paris abductions De Brosses OANIS

Maison des Mines Salle AB 270 rue St Jacques Paris 5e, 75005 Paris

Ajouter un commentaire