Blog

Le projet ADAM de TTSA

L'académie d'ufologie a créé une présentation sur ce projet ADAM de TTSA (To The Stars Academy), le lien est ci-dessous :

Cliquez ici

 

Un nouveau livre de Sylvain Matisse

Sylvain Matisse vient de m'annoncer que son deuxième livre va sortir en novembre. J'en profite pour annoncer un peu à l'avance que Sylvain donnera une conférence à Ovni Paris en décembre.

La NASA se moque du monde !

Pour ceux qui s'intéresse à la soit-disant "Conquête de l'espace", le texte ci-dessous, traduit avec Google et écrit par Robert Zubrin président et fondateur du groupe "The Mars Society" devrait ouvrir les yeux :

Il n'y a pas de véritable volonté de la NASA de retourner sur la Lune ou d'aller sur Mars avec des êtres humains.

Que du cinéma ! et gâcher l'argent du contribuable américain en faisant semblant mais  rien de sérieux sur le sujet.

Zubrin commente le nouveau rapport indépendant sur la mission humaine Mars

Selon un article de Jeff Foust paru dans le numéro du Space News du 18 avril, un "rapport indépendant conclut qu'une mission humaine vers 2033 n'est pas réalisable".
Foust rapporte: «Le STPI (Institut de la science et de la technologie) dirigé par la NASA a utilisé la stratégie exposée par l'agence dans son rapport" Exploration Campaign ", qui prévoit l'utilisation continue du système de lancement spatial et d'Orion et le développement de la Lune. Passerelle dans les années 2020. Cela serait suivi par le Deep Space Transport (DST), un vaisseau spatial avec équipage qui se déplacerait de l’espace cis-lunaire à Mars… Ce travail, conclut le rapport STPI, prendra trop de temps pour soutenir une mission 2033 [orbite martiale]. ”
Commentant ces nouvelles, le Dr Robert Zubrin, président de la Mars Society, a déclaré: «Même si j'aimerais beaucoup contester ce rapport, il minimise en réalité le problème. Si l'on accepte la «campagne d'exploration» de la NASA - comprenant SLS, Orion, Gateway et DST, le cas échéant, il n'y a aucun moyen pour que la NASA puisse effectuer une mission orbitale sur Mars, sans parler d'atterrir à 2033, voire 2133, On peut se demander si un organisme aussi irrationnel qu’il adopterait le plan de mission actuel de la NASA sur Mars serait capable d’envoyer des êtres humains sur Mars. »
«Ni le Gateway ni Orion ne sont utiles pour une mission sur Mars, car Gateway est inutile et Orion est sérieusement en surpoids par rapport aux alternatives disponibles telles que Dragon (26 tonnes contre 10 tonnes.) SLS, tout en offrant de nouvelles capacités, est trop cher comparé au Falcon Heavy déjà opérationnel, et inférieur dans toutes les mesures au SpaceX Starship en cours de développement.
«Mais la partie vraiment folle du plan de mission de la NASA pour Mars est le Deep Space Transport. Ce système utiliserait la propulsion électrique (EP) pour se rendre de la passerelle à la planète Mars et inversement avec des temps de trajet aller simple de 300 jours. Cela contraste mal avec ce que la propulsion chimique peut déjà faire, comme le démontrent les missions Spirit, Opportunity et Insight, qui ont atteint Mars en 180 jours à partir de LEO.
De plus, si un vaisseau spatial se trouvait au Gateway, il pourrait se rendre à Mars en utilisant une propulsion chimique utilisant moins de propulseur que le EP, malgré la vitesse d'échappement plus élevée d'EP, car le changement de vitesse requis pour atteindre la planète rouge depuis l'EP par EP est de 7 km / s. , en utilisant la propulsion chimique, il n’est que de 0,7 km / s. Mais en plus, le vaisseau spatial EP doit transporter un énorme système d'alimentation électrique de 500 kWe pour entraîner ses moteurs, alors que le vaisseau propulsé par une fusée chimique n'a besoin que de 10 kWe pour sa survie. La NASA propose donc de créer un système permettant aux astronautes d'arriver deux fois plus longtemps sur Mars, avec deux fois la masse sèche, deux fois la masse humide et un coût de développement bien supérieur à celui qui pourrait être obtenu avec les ressources actuellement disponibles. les fusées chimiques du plateau.
«De plus, comme si cela ne suffisait pas, la DST utilise un propulseur au xénon, qui n’est pas disponible depuis la Lune, par opposition à un propulseur oxygène / hydrogène utilisé par une fusée chimique, ce qui pourrait être envisageable. Par conséquent, le choix d'utiliser le DST inutile, lent, coûteux et gonflant pour les missions sur Mars annule complètement tout espoir que la base lunaire puisse jouer un rôle utile dans le soutien à l'exploration humaine de la planète rouge.
«Le STPI a donc raison. En utilisant le plan actuel de la NASA, nous n’atteindrons pas Mars en 2033 ni à un autre moment. Mais il existe une alternative claire, le plan Mars Direct, ou des plans similaires, qui utilisent le stade supérieur d’une fusée de transport lourd pour lancer les charges utiles nécessaires sur des trajectoires directes vers Mars, avec un propulseur méthane / oxygène renvoyé produit avant la l'arrivée de l'équipage de l'eau martienne et du CO2. Ainsi, aucune passerelle sur orbite lunaire ni aucun vaisseau spatial à propulsion avancée ne sont nécessaires. Si la NASA envisage sérieusement d’envoyer des humains sur Mars, elle doit adopter un tel plan concret.
«L'ingénierie est l'art de rendre l'impossible possible.
«La question est fondamentalement celle-ci; La NASA aura-t-elle un plan ou un plan axé sur les fournisseurs? Un plan axé sur les objectifs dépense de l'argent pour faire des choses. Un plan axé sur les fournisseurs fait des choses pour dépenser de l'argent. Si nous permettons à la NASA de rester dans son mode axé sur les vendeurs, non seulement nous n'atteindrons pas Mars d'ici 2033, mais il est peu probable que nous retournions sur la Lune à cette heure-là. Mais si nous insistons pour que notre programme spatial soit axé sur des objectifs spécifiques, nous pourrons atteindre la Lune d’ici 2024 et Mars avant la fin de la décennie. "
"Tel est le choix devant nous."