N° 40 - La mémoire de l'Ufologie Française - jeudi 30 Mars 2017

 

 

 

 

Guy Loterre

 

La Gazette de l’Ufo

 

La mémoire de l’Ufologie française

 

 

Numéro 40 du jeudi 30 mars 2017

 

 

Gwion Coat ar Roc’h

 

 

 

 

 

I - Est-il possible que des objets aient une valeur protectrice ?

 

La veille, il était, le lendemain, il n’y était plus, Président d’Ovni Paris ! Ce ne fut pas entre la poire et le fromage ; sa déclaration fut brutale, inattendue, imprévue. Il est vrai qu’il traînait la patte depuis pas mal de temps, mais comme il savait faire bouger l’inconscient collectif où les plus nombreux qui n’avaient rien à dire se complaisaient à écouter les meilleurs sujets pour s’instruire, avec leur appétit vorace de savoir, il organisait pour donner à quelqu’un quelque chose qu’il n’avait forcément pas et même à ceux qui parfois n’en voulaient pas ! Mais de ses difficultés physiques, on ne s’en apercevait pas car son genre n’était pas de se plaindre.

 

Loin de compter sur lui pour faire un énorme travail d’historien, semblable à une ruine archéologique pleine de notes et de références, mais s’amuser pour se distraire avec des avis très informés sur rien, parfois, avis que l’on aurait pu voir sortir parfois en personnages de soucoupe volante en panne d’évènement, aux visions ressemblant à de la conserve pour débats télévisés où on interrompt tout le monde pour s’entendre parler et de persuader tout voir et connaître en imaginant. Ça n’était pas ça Ovni Paris.

 

Aimer, c’est croire aussi les autres. Quand une dizaine de personnes sur cette planète nous tiennent en otage permanent, et que des mollahs tentent de faire la loi assis dans le fauteuil usé de leur prédécesseur, il avait des messages à faire transmettre afin de rappeler qu’on y est, là, ici, pour faire prendre conscience de nos différences avec d’autres et affirmer des convictions en sachant que lui, nous et ces autres font partie d’une minorité qu’une majorité croit être de doux rêveurs par rapport aux phénomènes dont nous sommes conscients.

 

Je le voyais charmeur, insouciant, désinvolte, enchanté d’agacer les incroyants austères, à l’occasion s’enflammant comme un baril de poudre afin de remettre les pendules à l’heure, libre se défiant des tartuffes et des cinglés laissant à d’autres le soin de mener des enquêtes pour enrichir leurs démonstrations. Bon sang ne saurait mentir.

 

Et puis à l’occasion d’un courriel, nous recevons ceci :

 

« … face à un très gros problème santé arrivé brutalement je suis dans l'incapacité de continuer à animer Ovni Paris. Je remercie en mon nom tous les intervenants qui m'ont fait confiance et avec qui j'ai eu beaucoup de plaisir à converser tout au long de ces années et à échanger sur le phénomène qui nous anime. Je remercie également toutes les personnes présentes lors de nos soirées qui vont se perpétrer sous la direction de Patrice Galacteros qui va brillamment assurer la relève de cette brutale situation que je ne pouvais prévoir. Merci aussi à Nikolaos Kouvalitis pour son aide précieuse ainsi qu'en son temps à Gilles Lorant... Ovni Paris n'est, et loin s'en faut, pas enterré. C'est une idée qui ne m'avait même pas effleuré l'esprit en annonçant mon départ, juste un simple changement de personne à la direction de l'association en la personne de Patrice Galacteros, et pour ce qui est de l'avenir, il est plein de promesses avec du sang neuf et une nouvelle équipe envisagée et rajeunie, donc on est loin de la litanie du désespoir annonçant une mort prochaine envisagée et inéluctable… ».

 

Mon imagination filant comme le lièvre, je me suis souvenu que j’avais donné à Roger Laouenan, un ami breton, écrivain, historien, et journaliste au ‘’Télégramme’’, habitant Lannion, quelques nouvelles qu’il avait fait publier. L’une d’elle s’agit d’une histoire familiale vraie, mais romancée pour imager l’occasion d’édition. Il s’agit de l’histoire d’une statuette, en quelque sorte un porte bonheur, qui avait été donnée par ma grand-mère à mon père lorsqu’il avait été mobilisé au mois d’août 1914 et qui avait été confié à d’autres membres de ma famille, par la suite, lors d’autres conflits, dont ma personne. Cette statuette a quasiment fait le tour du Monde avec nous. Nous avons tous été blessés au combat, nous sommes tous revenus meurtris mais vivants.

 

Il est un secret que je partage avec Guy Loterre en la petite vile d’Auray en Bretagne :

 

 

 

1916 – 1925, ‘’La Bibelote’’ nouvelle par Guy Coatanroc’h

 

« Quelle idiotie d'être venu ici tout seul ... je ne me souvenais plus de la longueur du cheminement et de ses difficultés. Ce terrain aussi bouleversé ... ces boyaux dévastés, ces tranchées nivelées, tout est là mais je ne reconnais plus rien. C'est la première fois que j'y reviens depuis dix ans. A la demande d'une Association d'Anciens Combattants, j'ai accepté de venir hier avec eux à Verdun pour commémorer l'Armistice ce qui m'a fait connaître à nouveau l'amertume des déclarations et des discours tels que : "... vie de soldats rayonnante de gloire ... splendeur dans leur mort ... sang tachant la blancheur crayeuse des collines de Meuse ... plaintes sortant du coeur de nos héros ..." Ah oui ! Elle était belle la mort de nos héros. L'âme rentrée au fond de l'être dès qu'ils prenaient un coup, on ne voyait plus que la bête qui beuglait sous l'assommoir ... il y a des mots qui choquent, qui diminuent le réalisme en évoquant la splendeur de fins qui furent misérables. Ah, ils étaient bien les discours, même trop bien ... académiques quand il suffisait de célébrer simplement le cran, la volonté, le courage, l'abnégation, la soumission au pire quand on accumule la misère, l'abandon, la peur de mourir, l'atroce façon de mourir ... des discours ! C'est pourquoi aujourd'hui j'ai choisi de retourner seul où je veux aller pour récupérer ce que je sais ... que je suis seul à savoir et je vais, du cimetière du Faubourg Pavé au Fort de Souville par le boyau St Michel. Il n'y a que quatre kilomètres pour me rendre à la redoute que voici :

 

C'est ici ... l'entrée Sud est encore entourée de pieux barbelés ... ça fait un drôle d'effet de s'y retrouver dix années après ce 12 Juillet 1916. Le Lieutenant Dupuy nous avait expédié sur les superstructures du Fort pour résister à l'assaut des allemands qui voulaient forcer la route vers Verdun. Souville pris, Verdun était perdu ... une soixantaine, ce qui restait de notre 3è Cie du 4è Bataillon du RICM ... nous nous sommes battu dans une lutte sans merci contre les felgrauens armés de lance-flammes, qui envahissaient la superstructure et voulaient forcer les accès dans le fort ... notre riposte à coups de grenades fut désespérée mais ils ne sont pas passés ... je revois encore Dupuy nous disposant dans les points d'appui, au fur et à mesure que nous sortions de la gaine centrale barricadée, obstruée par des sacs à terre et des barbelés ... Guisnier, Raffin, Bournaix balançaient des pétards, Bertho qui allait mourir, grièvement blessé, chargeait des fusils, amorçait des grenades ... à 9 heures, dans la confusion du combat, les deux artilleries, allemande et française tapaient ensemble sur le fort, sur les combattants amis ou ennemis sans distinction ... les fossés étaient remplis de morts et de blessés ... les assaillants valides se sauvaient ou se rendaient ! Souville était sauvé ...

 

Et moi, je me retrouvais la jambe ouverte par un éclat d'obus, français ou allemand, qu'importe puisque le résultat était le même, dans ce trou d'obus, le long de la muraille ... ici même ...

 

Bon sang ... mais ça s'éboule ... je me retrouve au fond du même trou qu'il y a dix ans ... Difficile de remonter, ça n'est plus de la terre, mais des granulés, effet des bombardements, qui roulent sous les mains et les pieds avec rien pour s'accrocher !

 

"- M'sieur, c'est quoi q'vous foutez dans ce trou ?"

 

Au dessus de ma tête se penche le visage d'un gamin rigolard.

 

"Tu vois bien, j'ai glissé dedans dans ce trou ! Aides moi si tu le peux à m'en sortir."

 

Je lui tends ma canne. Avec habileté, le gamin me hisse et je me retrouve debout devant lui.

 

"Et toi, que fais-tu ici. Ça n'est pas la place pour un gosse de ton âge de courir ces lieux dangereux.

 

- Faut dire qu'ils sont moins dangereux pour moi que pour vous, la preuve. Moi au moins je connais le coin !

 

- Moi aussi je l'ai ai connu mais en d'autres circonstances. Mais que fais-tu ici ?

 

- Comme c'est Jeudi et comme tous les Jeudi, je ramasse du plomb et du cuivre. Voyez, aujourd'hui j'en ai plein mon seau. Je cache tout ça dans la redoute et de temps en temps, j'en vends aux ferrailleurs pour me faire des sous.

 

- Tu connais bien la redoute ?

 

- Ben oui, mais il faut une pile électrique pour aller dedans et je n'ai pas apporté la mienne.

 

- J'en ai une. Alors je te suis, j'aimerai y entrer ... tu la connaît bien la redoute et je n'ai pas loin à aller."

 

On s'avance dans le couloir ... l'émotion m'étreint ... nous arrivons.

 

"- C'est ici, aide moi."

 

Nous dégageons quelques gravas et je retrouve la fente que j'ai bouché d'une pierre plate avant de sortir avec mes compagnons au moment de l'attaque ... l'enveloppe de toile cirée est toujours là ... elle contient mon second carnet de note, des lettres et le petit étui que ma mère m'a donnée avant de partir au front. J'en fais l'inventaire, tout y est intact ... je dévisse l'étui de métal et sort ce qu'il contient. Je revois alors ma mère me recommander :

 

"- Tu garderas toujours ceci sur toi. Ce qu'il y a dedans te protègeras et lorsque la guerre sera finie tu feras un pèlerinage à Auray pour y faire brûler un cierge !"

 

"- Qu'est ce que c'est M'sieur ?

 

- Une petite statuette ... elle représente Sainte Anne d'Auray ... celle-ci m'a été donnée par ma mère avant que je parte à la Guerre ... j'avais toujours ces objets que tu vois avec moi mais je les ai caché dans ce trou car je croyais ne plus revenir dans cette galerie ... quelqu'un un jour les aurait peut être retrouvé ... peut-être bien toi après tout. Au dehors, où tu ramasses ta ferraille, il y a quelques années, c'était l'enfer ... je ne croyais pas en revenir ... et tout près de cette entrée, beaucoup de mes amis sont morts. Depuis c'est la première fois que je reviens ici où j'ai été gravement blessé.

 

- Alors, elle vous a protégée quand même, votre Bibelote, même si vous ne l'aviez pas sur vous ?

 

- On dit bibelot. Ça n'est pas un bibelot mais en quelque sorte un reliquaire. Oh, je n'y crois pas trop mais on ne sais jamais ... j'avais promis ... à ma mère ... tu comprends.

 

- Et c'est tout de même pour ça que vous êtes revenu.

 

- Oui, un peu ... pour ça ... et pour les souvenirs ... mais il est temps de s'en retourner, il se fait tard et le chemin m'a paru long ... comme tu vois j'ai la jambe un peu raide.

 

- J'ai caché mon vélo pas loin d'ici. C'est vous qui pédalerez et je me mettrai derrière sur le porte-bagages, comme ça vous irez plus vite."

 

Ce qui fut fait jusqu'à l'entrée de la ville.

 

"- M'sieur. Vous m'la donnerez bien votre Sainte Thérèse ?

 

- Sainte Anne d'Auray. C'est une sainte patronne de mon pays, la Bretagne. Que veux-tu en faire ?

 

- Ben ... si des fois que moi aussi j'vais un jour à la guerre ... alors j'aimerai bien qu'elle me protège même si c'est pas vrai ... parce que mon père lui quand il est parti comme vous, il est pas revenu d'là haut, plus loin qu'on a été ... disparu qu'on dit. Quand je cherche des billes de plomb et des balles et tout, j'me dis que p'têtre bien que je marche dessus ... il y a des soldats militaires morts partout et je sais bien moi qu'il est avec eux. Et que si il en avait eu une ... de Sainte Thérèse, ben il serait peut être revenu et il serait pas mort !"

 

Rêveur, je reprenais le chemin de la Gare après avoir vu disparaître au coin d'une rue, le gamin pédaler sur sa bicyclette. Ce gamin dont je n'avais même pas demandé le nom, qui avait maintenant dans sa poche ma relique ce qui me faisait chaud au coeur !

 

 

En attendant l'arrivée du train, je reprends la rédaction de mon journal de marche et d'opération arrêtée à la date du :

 

Mardi 11 Juillet 1916 : Cette nuit, notre compagnie réduite à une soixantaine d'homme s'est jetée dans le Fort de Souville à la suite d'une relève, sous un bombardement meurtrier. Notre Lieutenant, Dupuy nous a fait ouvrir et dégager les issues des gaines souterraines et nous y plaça munis de grenades et prêts à sortir à la moindre alerte. L'entrée Nord - Est a été barricadée et obstruée par barbelés et sacs à terre. Les territoriaux survivants du Fort sont à leur poste devant leurs mitrailleuses.

 

Pétarades et fusillades ininterrompues ont témoignées de la violence des combats pendant la nuit. Le Capitaine Decap a rejoint la position et a pris le commandement de la place.

Un bombardement violent tape sur le Fort, les allemands collent au barrage, nous allons sortir.

 

Jeudi 12 Novembre 1925 : Je consigne le récit ci-dessus à cette date,

"Quelle idiotie d'être venu ici tout seul ..." ».

 

II – Dans l’imaginaire du Soi

Etude de Philippe Solal

 

« Je livre ici de nouveau les dernières analyses auquel mon travail de recherche me conduit, enrichies par de multiples correspondances avec des personnes qui m'accompagnent dans ma démarche et dont je garderais l'anonymat. J'estime, en ce qui me concerne, qu'il faudra encore beaucoup, beaucoup de temps avant qu'une nouvelle manière de "faire de l'ufologie" puisse s’opérer, quand les chercheurs auront enfin compris que pour étudier la nature et le sens du phénomène OVNI, il faut dépasser la barrière que nous mettons, dans l'expérience courante, entre la matière et l'esprit. Engoncée dans sa naïveté exobiologique et obnubilée par son mirage techno matérialiste, l'ufologie actuelle reste et restera encore longtemps un "miroir aux alouettes" offerte à tous ceux qui ne croient qu'à ce qu'ils voient et qui ne peuvent admettre l'existence de ce qu'ils ne voient pas.

 

Mes recherches m’amènent actuellement sur les 4 pistes suivantes :

 

1 - Le domaine du chamanisme

 

C’est un des “lieux de vérité” de toute la problématique qui nous intéresse, dans un contexte laïc, je veux dire, hors de la symbolique judéo-chrétienne. Je souscris totalement à l'idée qui m'a été soumise selon laquelle avec lui, le chamanisme, nous sommes “aux racines de l’humain”. Toutefois, même si le chamanisme est une voie royale d’exploration, les chamanes sont les “techniciens” de la conscience et de ses états modifiés, la grille de lecture pour mes recherches reste celle de l’archétypie judéo-chrétienne tout simplement parce que le phénomène OVNI se donne à lire à travers sa symbolique, le comportement global du phénomène, possession, élusivité etc. correspond à l’imagerie du démon et il y a un lien étroit, comme l’envers/l’endroit, entre manifestation ovnienne et apparitions mariales.

 

2 - Tout ce que j'ai interprété jusqu'à présent

 

… dans le phénomène OVNI, comme manifestations d’entités spirituelles plurielles, les âmes, les Soi, pourrait n’être en définitive que la manifestation d’un agent UNIQUE. C’est la grille de lecture qui avait été adoptée par John Mack dans son ouvrage "Passeport pour le Cosmos". Une entité spirituelle unique qui, à travers les scènes oniriques dans lesquelles elle nous embarque, par montée et descente, anabase et cata base, nous enverrait des scénarios, un véritable cinéma paranormal comme dit JM Lesage. Cela voudrait dire que lorsqu’un témoin voit par exemple 5 entités sortir d’une soucoupe lors d’une RR3, cela ne signifie pas forcément qu’il y ait 5 agents qui se manifestent. L’agent est sans doute unique, comme l'auteur unique d'un rêve dans lequel le moi est entraîné à son insu. Le Soi, ne serait qu’une interface, un intermédiaire avec le monde invisible car il est trop lié, trop "articulé" avec la matière par sa solidarité avec le moi psychologique.

 

Le niveau supérieur c’est celui de l’Esprit, c’est-à-dire un agent unique. Et le meilleur candidat pour être cet agent unique, c’est l’âme collective, l’âme groupe, ce que les Néoplatoniciens appelaient “l’âme du monde”, cet océan spirituel au-delà de l’ego où l’âme des experiencers de NDE se verse au moment de sa dé corporation.

 

Attribuer l’ensemble de la problématique OVNI à un agent unique, lors même que les manifestations nous présentent une pluralité d’entités et “d’engins spatiaux”, permettrait de résoudre ainsi bien des contradictions apparentes. C’est aussi une solution très “jungienne”.

 

3 - Matière et Esprit

 

Le nœud de crispation de toute la problématique OVNI concerne le rapport entre matière et esprit. La matérialisme est une impasse et le socio psychologisme aussi. Je pense que quand l’esprit se matérialise, ces matérialisations fugitives font partie du camouflage, de la désinformation, de la parodie. La source veut nous faire croire au “tout technologique” afin de nous empêcher de remonter à l’Esprit. Il y a bien matérialisation, fugitive et instable, mais celle-ci a pour but de "brouiller les pistes". Quand l’Esprit matérialise des contenus, c’est là son plus puissant moyen de nous leurrer.

 

4 - L'imaginaire de l'Esprit

 

J’ai revu récemment le film “Inception” dont le scénario présente d’intéressantes similitudes avec le problème qui nous occupe. Dans ce film, des individus sont entraînés dans le rêve de l’un ou l’autre des protagonistes de l’histoire et y rencontrent ses propres projections inconscientes. Il y a de cela dans la problématique OVNI, à ceci près que, dans celle-ci, le sujet ne sait pas que se sont ses projections qui se matérialisent sous la puissance créatrice de l’âme ou de l’âme collective. Mais le plus intéressant est ici : vers 40 mn, dans le film, un des personnages joué par Léonardo Di Caprio, raconte que dans ces rêves on peut rencontrer des scènes qui présentent des “figures géométriques impossibles”. Il cite l’exemple de l’escalier de Penrose, on peut penser aux œuvres d’Escher qui l'ont illustré.

 

Or il se trouve qu’il y a des cas bien référencés que j’ai en ma possession, grâce à Eric Zurcher, où des témoins de RR3 ont vu des “figures géométriques impossibles”. Ces perceptions sont l’équivalent des comportements physiques impossibles des OVNIS si souvent constatés. Ces doubles impossibilités, figures géométriques, comportements physiques, sont la preuve, une de plus, que, dans ces observations, nous sommes dans l’Imaginaire du Soi. Dans cet imaginaire, dans cet “espace imaginaire”, tout peut se voir, tout peut arriver et se produire, car l’esprit peut tout, y compris matérialiser brièvement ses créations. Autrement dit, lors de ces expériences, la barrière qui sépare, dans notre monde phénoménal, le possible et l’impossible, ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, tombe et n’a plus aucun sens. C’est l’imagination, celle de l’Esprit, qui devient maîtresse des manifestations perçues par le moi. “Imagination” se dit en grec “fantasia”, et le sujet témoin est, à son insu, tributaire des “fantaisies” du Soi ou de l’âme collective. »

 

III – Les reliques étranges du Pérou (suite)

 

@Georges Metz :

 

Je ne sais pas, mais si ces découvertes sont véridiques. Le site est bien fait à l'échelle mondiale. Les momies d'aliens sont très ressemblantes. On dirait des moulages. On nous demande de l'argent. Et si c'était une énorme escroquerie ? Y avez-vous pensé ?

 

« La fin du mois de février a été accompagnée par une très bonne nouvelle pour tous ceux qui veulent savoir la vérité, y compris certains très sceptiques qui ont contribué pour savoir, car l'appel aux dons sur la plate-forme sécurisée Ulule a atteint et même dépassé son objectif de 29.000 €. La date de fin de la campagne étant figée sur cette plate-forme, il faudra attendre tout de même le 12 mars pour que l'ONG Inkari Cuzco puisse récupérer les fonds et entreprendre les envois des échantillons vers les trois laboratoires sélectionnés pour effectuer les analyses ADN et C14, objets de cette campagne de dons. En parallèle, les démarches seront effectuées également pour faire analyser un implant métallique retiré d'une des mains à trois doigts, établir une comparaison du coton retiré d'une momie avec des échantillons de coton datant de la période Nasca, des analyses de la poudre ou matière blanche entourant les momies et objets, les protégeant comme une gangue. L'ONG Inkari appelle les gens à continuer leurs dons, afin de pouvoir de toute façon faire d'autres analyses d'autres échantillons et d'autres reliques… »

 

Read more at http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/reliques-etranges-du-perou-6.html#AiYeDQ2UdQGsGByb.99”

 

 

IV –Antarctique : Passage vers l’intra terre ?

 

@Sylvie Rulekovski :

 

https://www.youtube.com/watch?v=dooxvd9vqUE&t=9s

 

@Georges Metz :

 

Je voudrais y croire, mais c'est quand même dur à avaler !

 

@Daniel Hofnung :

 

Pas mal de messages ont circulé ces derniers temps sur l'Antarctique, voire sur les visites de grands de ce monde dans ce lieu inhospitalier. On pouvait se demander pourquoi, la réponse est peut-être ci-dessous :

 

« Antarctique : In croyable découverte des ruines d’une civilisation ancienne instantanément gelée, enfouie sous près de 3 Km de glace. D'après Cobra, cette cité serait en réalité une colonie, les vestiges d'un passé lointain qui remonterait jusqu'à l'époque de l'Atlantide. Le temps de la divulgation approche les ami(e)s et elle sera totale. Accrochez vos ceintures car ce qui arrive va changer la face du monde pour toujours… »

 

@Patrice Galacteros :

 

Peut être ou peut être pas.

 

Car cette vidéo, bien faite et qui a demandé pas mal de travail n’est, dans mon opinion, qu'un amalgame de bobards et d'exagérations  et de contradictions. Comprenez moi bien, je n'ai rien contre le fait qu'il y ait  un  ou plusieurs mystères en Antarctique, notamment qu'est ce que les nazis ont bien pu y faire ?

 

Mais  une cité intacte sous 3 Km de glaces ! La pression ! Le mouvement des glaces ! Voyez ce que la dernière glaciation  a fait à nos montagnes ! Et cette idée que des fouilles puissent descendre à 3 Km, grotesque.  Et d'ailleurs en contradiction avec le dessin. Une cité brutalement figée par le froid il y a 12 000 ans ? Votre blockbuster hollywoodien préféré.

 

Plus un festival d'alarmisme et de sensationnalisme, les prétendues pyramides, un relief glaciaire bien connu dans le monde entier, la montée du niveau des mers de 10 cm qui submerge la Hollande, sans compter qu'un Iceberg en fondant n'élève  pas du tout le niveau de la mer, pas plus qu'un glaçon en fondant dans  un verre n'élève le niveau du liquide, physique élémentaire qu'on apprend au lycée, etc.

 

Ça m'ennuie de devoir  jouer le pisse-vinaigre mais il faut bien que quelqu'un s'y colle non ? Car objectivement cette vidéo noie le poisson sur les mystères de l'Antarctique en ridiculisant le sujet auprès des gens scientifiquement instruits.

 

@Jacques Vallée :

 

Merci Patrice, de remonter quelques bretelles.

 

@Daniel Hofnung :

 

Les observations de Patrice me paraissent valides pour beaucoup. L'image montrée d'un portique est effet contradictoire avec les 3 km. La congélation très rapide, c'est possible, c'est ce qui est arrivée aux mammouths de Sibérie qu'on retrouve avec leur repas d'herbe dans l'estomac. Pyramides : au vu des pyramides de Bosnie, ce qu'on voit ici peut en être de vraies, à conditions qu'elles soient orientées... mais la dérive des continents peut modifier les choses en si longtemps. Il faut que ce soit vérifié. Il est possible qu'il y ait quelque chose de réel, mais ce type de document peut être aussi ce qui s'est fait pour les OVNIS : des pseudo révélations destinées à décrédibiliser ceux qui y croient. Cela peut cacher une découverte bien réelle : wait and see !

 

 

@Gilles Lorant :

 

Réponse lors de ma tentative de connexion : « Le lien que vous avez suivi a peut-être expiré ou la page n’est peut-être accessible qu’à une audience dont vous ne faites pas partie. »

 

Mais c’est sans importance. J’ai observé aussi une recrudescence d’articles Internet sur le sujet. Des bases exo… ‘’tiques’’ , il est probable qu’il y en ait d’autres, un peu partout, sous terre, ou mer, ou glace, compte tenu de l’augmentation du trafic d’ovnis observés.

 

S’il reçoivent uniquement les ‘’puissants’’ de ce monde, au sein de leurs cachettes, cela ne m’incite pas à rencontrer ces aliens là : coups fourrés probables. A moins que ce soit pour les préparer à l’avenir que les grands dirigeants, nations, entreprises, auront eux-mêmes provoqué par bêtise, encore que.

 

Mais, justement, une autre explication est probable, sans faire appel au mystère ovnien. C’est la même que celle qui fait faire des abris américains dans les Rocheuses et les Appalaches ou en Norvège, Arche de Noé de la flore mondiale : Des ‘’Grands de ce monde’’ cherchent à se mettre à l’abris d’une catastrophe non divulguée.

 

Si c’est le cas cela signifie qu’une telle catastrophe est prévue par les dirigeants pour bientôt. En tant que représentant de la catégorie des jeunes vieux, je peux quand même me permettre de radoter, çà fait 10 ans maintenant, mais, bon : penses à 2020 !

 

D’ailleurs, pensez-y tous ensemble le nombre y est, çà peut aider, en autarcie, loin des villes. Ce n’est pas un signe de sénilité ou de mysticisme décalé de ma part et 3 ans çà arrive vite, vous verrez. En attendant, suivez l’évolution de l’économie mondiale et ses conséquences sociétales. Je vous renvoie aux nombreux mails que j’ai pu faire sur le sujet, si vous les avez gardé, tout y est.

 

@Jean Claude Venturini :

 

Un autre article en parle :

 

http ://www.nouvelordremondial.cc/2015/01/16/decouverte-des-ruines-dune-ancienne-ville-dans-lantarctique/

 

@Gilles Lorant :

 

Réponse possible à mon questionnement l’année passée, je crois, sur l’étrange absence de retour d’infos suite au projet ‘’High Jump’’… je n’ose y croire. Surtout que çà vient d’Internet où au moins 50% du genre est de l’intox,95% selon les russes il y a quelques années et qui ne se cachaient même pas de faire leur part de désinformation.

 

Mais, curieusement, comme pour le Bucegi, le haut clergé est invité à s’y rendre en bravant le blizzard opaque cachant la photographie nette et probante… bizarre, en effet. Maintenant que je suis dans la boucle, peut-être la suite m’arrivera d’elle-même, comme pour le Bucegi, sans trop y penser, parce que je n’ai pas le temps de tout chercher.

 

Oui, vraiment, je me demande si Trump sera à la hauteur de l’image qu’il a voulu donner : s’exprimera t-il là-dessus aussi  ou la bête de scène fera t-elle encore une pantomime ?

 

@Gilles Lorant :

 

Voici une étude comme je les aime sur l’objectivité de l’analyse du phénomène ovnien, une réflexion d’approche globale pouvant être étendue à tout type d’investigation d’étrangeté :

 

http://www.usphere.com/index.php?title=De_la_difficile_neutralité_des_enquêtes_sur_les_OVNI/PAN

 

« Nous ne sommes visiblement pas égaux face aux interprétations, cela peut sembler tomber sous le sens, pourtant, au quotidien, nous l’oublions trop souvent : nous sommes tous mus par nos propres croyances sur le monde et la réalité, et cela va façonner d’autant plus fortement nos prises de position et avis. Ces croyances peuvent imprégner dans n’importe quel type de pensée ou d’idée, mais encore plus sur des sujets qui à priori n’ont pas de réponse évidente comme les PAN (Phénomènes Aérospatiaux Non Expliqués).

 

Chaque expert en fonction de sa spécialité aura tendance à voir et à reconnaître les phénomènes qu’il connaît dans les faits. Pour un psychologue, spécialiste des hallucinations, les PAN D seront d’abord des hallucinations, pour un astronome les phénomènes seront d’abord provoqués par la lune ou des étoiles, pour un physicien spécialiste des plasmas d’abord par des mécanismes d'ionisation, etc.

 

Le biais de confirmation consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues ou ses hypothèses (sans considération prioritaire pour la véracité de ces informations, et/ou à accorder moins de poids aux hypothèses jouant en défaveur de ses conceptions. En conséquence, les personnes sujettes à ce biais rassemblent des éléments ou se rappellent les informations mémorisées, de manière sélective, et les interprètent d'une manière biaisée ». On dit aussi que les personnes tirent la réalité à elles.

 

Le biais de confirmation est diversement mis en œuvre par les différentes communautés qu’elles soient croyantes ou sceptiques. D’où l’importance de confronter celles-ci entre elles et plus généralement les experts entre eux afin que l’approche mise en œuvre soit réellement holistique et aussi neutre que possible. A l’image de la recherche d’une preuve juridique, sur une enquête il n’est pas possible de ne fonctionner qu’à charge ou qu’à décharge : il est important que l’approche soit équilibrée, à charge ET à décharge…»

 

V – Au sujet de la photo d’Howard Menger

 

@Georges Metz :

 

A propos de la photo de la Lune photographiée par le contacté Howard Menger : J'ai effectué une étude qui pourrait confirmer l’authenticité de la photo du sol lunaire. Après une longue et fastidieuse recherche sur Google Hearth et les images disponibles sur Internet, j'ai pu isoler la zone photographiée. Un dossier a été constitué pouvant servir à une confirmation par un astronome professionnel ou amateur disposant du matériel nécessaire. Cet élément de preuve réhabiliterait l'histoire controversée et tumultueuse de ce contacté des années 1950.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il en a rapporté cette image que l’on peut identifier après une longue recherche, en bordure de Mare Humorum ou Mer des Humeurs près du cratère Dopelmayer. On remarque une zone sombre caractéristique que l’on peut situer sensiblement aux coordonnées 30° 20’ S – 44° 07’ O.

 

La zone est entourée de nombreux cratères qui ne sont pas nommés sur les cartes usuelles de la Lune. L’éclairage du Soleil vient d’en haut de l’image au Sud avec les ombres portées. La zone claire au centre, serait due à une sorte de nuage. En haut à gauche serait la bordure du hublot du vaisseau extraterrestre.

 

@Michel Turco :

 

Georges, j'ai beau regarder et comparer les deux clichés, je ne trouve pas de concordance entre eux. Quels sont les points/repères sur les clichés qui te mènent à cette conclusion ?

 

@Georges Metz :

 

Il y a des concordances, c'est sur ! Cela n'est pas évident à première vue, mais doit pouvoir se démontrer. La photo de Howard Menger est de médiocre qualité et l'éclairage des cratères est pratiquement inversé sur Google. D'autre part, les clichés n'étant pas forcement photographiés sous le même angle, il y a des distorsions. La difficulté est que le jeu des ombres et lumières déforme complètement le relief d'une image à l'autre. Le problème est que Google lunaire agrandit une vue à la verticale du sol. Le seul balancement possible est vertical, haut – bas. Une torsion est aussi possible dans le sens latéral, gauche - droit. Avec un peu de patience et obstination, je dois y arriver. C'est un travail de géométrie descriptive pour trouver des points clés remarquables et les mettre en concordance. Il me faut donc tirer un calque Menger avec sa perspective et le comparer en ajustant l'image Google sur écran à la même échelle. Je ne lâche pas le morceau et vais y arriver ! Maintenant il y a le problème des "nuages" que certains astronomes auraient décelés sur la Lune. Ce n'est pas de mon ressort !

 

Patrice Galacteros :

 

Etude intéressante. Curieux d'avance de voir les résultats.

 

@Mickael Josset Cardon :

 

Si il y a des questions d'astronomie concernant ces photos, je veux bien apporter une approche scientifique. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis astrophysicien et chercheur en radioastronomie, en collaboration avec certains projets du SETI. J'ai rejoint l'équipe d'Ovni Investigations l'an dernier et j'ai été nommé responsable de la Région Le Mans / Pays d'Alençon, je suis par ailleurs membre de l'académie d'ufologie.

 

Pour la partie astronomie, j'ai suivi la formation astrophotographie professionnelle et j'ai plus de 10 années d'expériences en physique, mécanique céleste. J'ai travaillé sur la mission Rosetta et sur la sonde Akatsuki en orbite de Vénus.

 

Alors, si je peux vous aider à interpréter des images lunaires ou autres, vous pouvez compter sur moi.

 

Cordialement

 

Mikael JOSSET CARDON

Responsable Régional Le Mans / Pays d'Alençon

OVNI Investigations

 

 

 

@La Gazette de l’Ufo :

 

Un domaine spécialisé où serait  bienvenu un interlocuteur de métier enrichissant notre savoir. Ci-joint des échanges concernant cette photographie publiée sur "La Gazette de l'Ufo" n°35, site Ovni Paris.

 

@Mickael Josset Cardon :

 

Merci pour ce document. Je peux déjà confirmer la théorie de Patrice Galacteros  qui suggère que ces photos soient prises à partir d'un télescope au sol. Les photos sont assurément prises du sol et non d'un vaisseau en orbite. Je vais fouiller dans les plus vieilles archives du LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter), afin d'avoir des clichés de cette zone et faire du comparatif.

 

Je ne manquerai pas de vous faire parvenir les photos pour que vous pourrez comparer par vous-même. Je vais également regarder dans ma base de données, environ 200 000 photos de Lune au format Fit, prise avec caméra planétaire grand angle, afin de voir les cratères de plus près. Je ferais également de l'observation de cette zone au Télescope lors de la prochaine Plein Lune.

 

J'en profiterais pour aller fouiller dans les archives de la NASA pour les missions Apollo. Je reviens vers vous dès que j'ai des infos.

 

VI – Existe-t-il des entités immatérielles ?

 

@Gilles Lorant :

 

Je parlais de ce qui me parait une évidence : le XXIè siècle sera celui de la recherche dans une science en devenir : l’immatériel… Eh bien, Serge Perronet envoie dans son Facebook une info qui va dans ce sens :

http://www.dailymotion.com/video/x5eydmw_existe-t-il-des-entites-immaterielles-philippe-guillemant-partie-1-2_webcam

 

Rien de bien nouveau si on considère l’engouement du début XXième occidental pour le spiritisme. Mais maintenant, des cartésiens formés aux sciences dites dures commencent à montrer courageusement le bout de leur nez. Intéressant, non ?

 

« Philippe Guillemant est un ingénieur physicien français diplômé de l’Ecole Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe. Il est Docteur en Physique du Rayonnement et habilité à diriger des recherches. Il exerce son activité au CNRS où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.
Spécialiste d’intelligence artificielle, ses travaux ont débouché sur la création de deux entreprises innovantes licenciées par le CNRS: Synapsys et Uratek, qui lui ont valu plusieurs distinctions dont le Cristal du CNRS. Ses brevets et publications portent essentiellement sur des méthodes de traitement de l’information dérivées de la théorie du chaos, qu’il a appliqué à la reconnaissance de formes, à l’analyse des mouvements des yeux et à la caractérisation de l’activité cérébrale EEG (calcul du niveau d’éveil). En complément de son activité technologique, il mène aujourd’hui une recherche beaucoup plus fondamentale en physique de l’information. Recherches qui, en partant du concept de l’indéterminisme macroscopique visent à mettre en évidence les limites du chaos déterministe et à réviser notre conception classique de l’espace-temps. Il est l’auteur de la théorie de la double causalité, un modèle de création de la réalité fondé sur le libre arbitre et présenté dans son livre “La Route du Temps” (Le Temps Présent, 2010). Ce modèle conduit, entre autres choses, à une explication rationnelle de la synchronicité qui débouche sur un véritable ‘’pont’’ entre la Science et la Spiritualité. (Document INRES – Intervenants). »

 

@Gérard Deforge :

 

Je suis entièrement d'accord avec cette orientation très visible et rapide de la recherche actuelle. Et c'est dans cette direction prise par cette Recherche que se feront de nouvelles grandes découvertes, c'est certain.

 

@Charles Provost :

 

J'ai eut le plaisir de passer deux journées à Laon avec Philipe Guillemant. Un vrai bonheur de l'écouter, bien sur, il faut une certaine approche spirituelle.

 

@Gilles Lorant :

 

En ce moment, je continue d’échanger, avec parcimonie, la belle aux paroles mesurées, avec Frank Boitte en privé… à sa demande. Un rationnel de chez cartésien, mais pas si fermé que cela quand il y a des arguments et de la sincérité.

 

Il fait des efforts pour essayer de comprendre ce qui motive des hurluberlus comme nous, parce que lui ne ressent pas les choses, il les analyse. Et il se rend bien compte qu’il y a une conviction quasi mystique à notre posture qui lui échappe. Je n’ose lui dire que ses certitudes non vécues musellent en fait sa propre spiritualité.

 

Sans elle, il se condamne à tourner en rond, tandis qu’avec elle, il entrouvre la porte de l’expérienceur en puissance qu’il est. Mais, en fait, n’a t-il tout simplement pas…  peur d’expériencer lui-même ?

 

VII – Nouvelle publication

 

@Christel Seval : Editions Interkeltia

 

‘’Un Homme Debout", du clairvoyant Franck LOPVET

 

 

 

‘’Un homme debout’’ est la toute nouvelle spiritualité du XXIè siècle qui renverse l’ancien paradigme. Plus légère, plus efficiente, elle introduit une nouvelle vision de la place de l’homme dans son incarnation. Franck Lopvet est allé jusqu’au bout de ses perceptions de clairvoyant, de traducteur des énergies, et jusqu’au bout du raisonnement. Ce livre fonde un renouveau total de la démarche spirituelle et va s’imposer naturellement. Nous avons définitivement tourné la page du new - age. Nous sommes de retour dans l’humain.

 

Ce livre, qui ouvre une nouvelle ère, est révolutionnaire à plus d'un titre. Et il fera date, vous en serez les témoins.

 

VIII – La mémoire de l’Ufologie française, Francine Fouéré

 

@Gilles Lorant :

 

De la part de Gilles Thomas, via Guy Loterre, une nouvelle interview :

 

 https://youtu.be/3D-J85Ns53Y?t=7

 

 

 

Francine Fouéré et Gilles Thomas

 

Ce document visuel doit être considéré comme archive, ajouté à celles-ci le 9 mars 2017, le but premier d'Ovni dans l'histoire ODH Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcasts pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie. En collaboration avec l'association le SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes. Pour cette seconde vidéo de la nouvelle saison des Ufologues dans l'histoire (2017), nous recevons Francine Fouéré, doyenne de l'ufologie en France, ufologue et membre du GEPA. Elle parle de son parcours en ufologie, des enquêtes, du GEPA, des oanis, de ses rencontres et de ses opinions. (ODH Tv – Gilles Tomas)

 

« … Si vous en aviez la possibilité, vers quelles orientations privilégieriez-vous les recherches aujourd’hui en matière d’ovnis ? La France est-elle en retard dans les recherches ?

 

Francine Fouéré - Seule une recherche officielle peut faire avancer l’étude de ce problème. Un chercheur isolé ne peut rien. Un groupement a aussi ses limites. L’idéal, une complémentarité. En astronomie, vous avez les astronomes officiels et les amateurs et tous ont un rôle à jouer. La France a été en pointe dans la recherche, quand le GEPAN a été créé, dans le cadre du CNES en 1977. Des notes techniques, des plaquettes d’informations ont été publiées à l’époque. Puis, pour différentes raisons, politiques, budgétaires et autres, le GEPAN a disparu silencieusement pour laisser la place au SEPRA fondé en 1988.

 

Quels conseils donneriez-vous aux témoins, mais également à ceux qui auront à les entendre un jour ? Pensez-vous, au cours de vos recherches, avoir subi des pression ou des manipulations ?

 

Francine Fouéré - Difficile de donner des conseils aux témoins car une observation, c’est l’inattendu. Garder si possible son sang-froid, de la prudence, noter le maximum de détails. Mais encore une fois, c’est facile à dire. Nous avons effectué de très nombreuses enquêtes, et pour le témoin, voir une "chose" inexplicable n’est pas toujours agréable... Ce qui est important, c’est l’écoute, la mise en confiance, laisser le témoin s’exprimer, à sa façon, sans l’interrompre, ne pas l’influencer en lui posant des questions. Tout récemment, nous venons de rencontrer à nouveau Maurice Masse, le témoin de l’observation de Valensole, plus de trente ans après notre première enquête. C’est avec émotion que Maurice Masse me confiait le profond souvenir qu’il avait gardé de la bienveillance de mon mari. Pour nous le respect de la personne était primordial. C’est pourquoi, nous étions contre les hypnoses, les psychiatres et toutes espèces de manipulations. Ce qui est intéressant, c’est quand il y a des traces au sol. Le témoin est indispensable pour indiquer l’endroit et l’analyse des traces apporte des éléments qui ne dépendent plus du témoin. Nous n’avons jamais subi de pression, ni manipulations au cours de nos recherches. Nous nous sommes toujours exprimés en toute liberté. Mon mari était ingénieur et n’a eu aucun problème professionnel ; moi en tant qu’enseignante, aucun ennui. Mais hélas, ce n’est pas le cas pour certains chercheurs. Notre ami Patrick Aimedieu, décédé depuis deux ans, à l’âge de 51 ans, n’avait jamais caché sa curiosité pour les soucoupes volantes. Chargé de recherche au CNRS, il en a souffert malheureusement dans sa carrière… » (Extraits archives -Interview Ufo paranormal)

 

 

Francine et René Fouéré – Fond photo Yves Bosson

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/04/2017