« Les enfants de Roswell - Sept décennies de peur, d'intimidation et de dissimulation ».

   Une note de lecture de Thibaut Canuti sur le dernier livre de    Thomas J. Carey, Donald R. Schmitt – Editions Atlantes – 2017.     

   Publié ici avec son aimable autorisation.

 

 

"Les enfants de Roswell", traduit aux éditions Atlantes par Jean Librero, n’est pas un ouvrage de plus sur le plus grand événement ufologique de l’Histoire, ni une énième recension des récents développements de l’affaire mais une enquête de première main qui a le mérite de s’intéresser aux témoins directs de ce cas ainsi qu’à leur famille.

Les auteurs, Donald Schmitt et Thomas Carey, sont unanimement considérés comme les spécialistes les plus informés de cette affaire. Schmitt, responsable des enquêtes pour le Cufos (Center for UFO Studies), investigue ce cas depuis les années 90 et il a notamment publié en 2010 avec Thomas Carey, une somme volumineuse regroupant l’ensemble des témoignages relatifs à ce cas, « Witness To Roswell ». « Children of Roswell » peut ainsi être considéré comme un complément de ce premier ouvrage fondateur tachant de démontrer que l’épais secret militaire entourant Roswell s’est étendu, et semble se poursuivre toujours, aux descendants des témoins directs.

L’ouvrage est un témoignage assez poignant sur les événements de juillet 47 tels que les ont vécus les citoyens de cette petite ville du Nouveau-Mexique mais il montre surtout comment le secret militaire qui s’est abattu sur les nombreux témoins directs et indirects de l’événement a brisé l’harmonie entre civils et militaires et gravement perturbé la vie de familles entières mêlées à cet événement, dont Schmitt et Carey démontrent qu’il ne s’agit pas seulement d’un des mythes américains parmi les plus actifs, mais d’une affaire d’Etat et de la dissimulation volontaire de ce qui pourrait bien être une évidence indiscutable de la réalité du phénomène ovni.

Au fil des pages, on y rencontre une galerie importante de personnages, Timothy « Dee » Proctor, le fils des voisins de Mac Brazel, le découvreur du champ de débris, qui se tut toute sa vie ne révélant que tardivement à sa mère le site du crash qu’il avait observé parmi les tout premiers, le sherif Wilcox qui termina ses jours en hôpital psychiatrique, brisé par ce secret et les mise en garde d’officiers menaçants dont témoignent sa proche famille, Frankie Rowe, jeune écolière et fille du pompier Dan Dwyer qui lui montra des débris à mémoire de forme avant de recevoir la visite inquiétante du même officier qui menaça de mort l’ensemble de la famille et dont les auteurs ont retrouvé la trace en la personne du Lieutenant Philbin, le sergent Melvin Brown qui accompagna les corps extraterrestres du site du crash jusqu’à la base de Roswell et n’évoqua avec les siens cet épisode qu’à la fin de sa vie, le Dr Jesse Marcel Jr. qui aux côtés de son père, officier de renseignement de la base de Roswell, fut réveillé en pleine nuit et put manipuler les étranges débris du vaisseau, Miriam Bush, secrétaire du Dr Warne qui put observer les cadavres humanoïdes et finit par se suicider dans des circonstances suspectes non sans avoir prévenu sa famille qu’ils devaient garder le silence le plus absolu sur l’affaire… etc.

Les plus sceptiques pourront reprocher aux auteurs-enquêteurs de conduire une enquête à charge contre le gouvernement en ne retenant que les éléments qui accréditent l’hypothèse exotique et il est vrai qu’on aurait souhaité qu’ils manipulent l’ensemble de ces témoignages avec peut-être un peu plus de distance, les faits étant anciens et les récits ayant été souvent maintes et maintes fois répétés, ce qui peut induire exagérations, confusions et faux-souvenirs. Néanmoins, on ne peut être que frappé par la densité des témoignages, leur caractère concordant sur la trame des faits et l’intense émotion qui subsiste encore chez ceux dont la vie fut broyée par ce crash ainsi que la volonté de l’Etat américain de maintenir par tous les moyens une chape de secret sur ces faits. L’ensemble de ces témoignages forme un récit qui ne peut décidément pas être évacué facilement.  

Il s’agit donc d’un ouvrage indispensable et sans doute ultime (les protagonistes disparaissant peu à peu) pour qui souhaite aborder, par-delà les rumeurs et extrapolations, les faits et les acteurs de cet événement extraordinaire et tragique à la fois et le secret militaire qui entoure le phénomène ovni depuis son éclosion médiatique en 1947.

Thibaut CANUTI

Ajouter un commentaire