OVNIs : Pas de révélation C'est le plus grand regret de John Podesta ,conseillé d'OBAMA.

Un grand Merci à Jean Claude Venturini  pour avoir  communiqué cettte information et  à  l' Académie Ufologique  (http://www.ufolog.eu/) pour avoir  effectué la traduction de l'article originel en anglais ,publié par  Yahoo.

Pour l'article originel  voici le lien ci-contre : http://news.yahoo.com/outgoing-obama-adviser-john-podesta-s-biggest-regret-of-2014--keeping-america-in-the-dark-about-ufos-234149498.html

 

Le plus grand regret de John Podesta, conseiller d'Obama:
  garder l'Amérique dans l'obscurité

en ce qui concerne les ovnis

ParCaitlin Dickson

Le 13  février 2015


      John Podesta Conseiller Principal sortant d'Obama, a décrit vendredi son dernier passage à la Maison Blanche, énumérant ses moments préférés et ses plus grands regrets de l'année passée. Le plus important d'entre eux: priver les Américains de la vérité sur les ovnis.
 
 

La fascination de longue date de Podesta pour les OVNIS est bien documentée, car sa brève pause politique après quatre années en tant que Chef d'État-Major du président Bill Clinton, l'a laissé libre de poursuivre sa passion d'un autre monde.


      Lors d'une conférence de presse organisée en 2002 par la Coalition pour la Liberté de l'Information, Podesta a parlé de l'importance de la divulgation au public des enquêtes du gouvernement en ce qui concerne les OVNIS.

 

"Il est temps de découvrir ce qu'est vraiment la vérité à propos de ce qu'il y a là-bas," a-t-il dit. "Nous devons le faire, vraiment, parce que c'est juste. Nous devons le faire, franchement, parce que les Américains peuvent appréhender la vérité. Et nous devons le faire parce que c'est la loi ".

 

 


     Après le tweet de Podesta, vendredi, le Washington Post a rappelé un échange de l'un de ses journalistes avec Podesta en 2007. Karen Tumulty avait demandé à Podesta ce qu'il en était à propos des demandes dont la Bibliothèque Clinton à Little Rock, Arkansas, avait été bombardée, dans le cadre du "Freedom of Information Act" (FOIA). Ces demandes concernaient des recherches spécifiques de correspondances par courriel de l'ancien Chef d'État-Major, comprenant des termes comme "X-Files" et "Zone 51". La réponse d'un porte-parole de Podesta a été: "la vérité est là", le slogan de l'émission de télévision "X-Files" dont on savait que Podesta était fan.

 

Un éditorial de 2010 dans le "Columbia Tribune" du Missouri a dénigré des rapports selon lesquels Podesta aurait ouvertement demandé à un photographe OVNI de cesser de d'afficher en public ses connaissances des activités extraterrestres.
 
       "On se demande pourquoi Podesta retournerait radicalement sa veste, compte tenu de son ancien plaidoyer en faveur de la divulgation OVNI", invoquait l'éditorial.

 

Mais contrairement aux préoccupations du "Columbia Tribune", Podesta n'avait clairement pas abandonné la cause. Il a écrit une introduction au livre de 2010: "OVNIS: des généraux, des pilotes, et des représentants du gouvernement parlent"
 
     Malheureusement, Podesta aura probablement peu de temps pour remplir des demandes FOIA avec son nouveau travail à la campagne présidentielle de Hillary Clinton. Peut-être, comme l'indique son tweet, passe-t-il le flambeau à Maureen Dowd journaliste au "New York Times".

Commentaires (1)

Nikolaos Koulis
  • 1. Nikolaos Koulis | 10/03/2015

Il est à la fois triste et étonnant de voir comment une personne comme John Podesta, conseillé présidentiel, en bonne position pour faire bouger les choses, n'arrive pas à mettre la vérité sur le dossier OVNI à la disposition du public. Il doit y avoir de grandes puissances contre cela... Et si c'est ce n'est pas juste des individus et des conspirateurs humains en train de contrer la divulgation de la vérité? S'il y a de la part de l'Intervention extraterrestre un effort pour maintenir ses activités occultes, jusqu'au moment qu'il lui semble convenable de se révéler?
C'est une des choses que nous exposent les alliesdelhumanite.org.

Ajouter un commentaire